Quoi
  • Agriculture & alimentation
  • Artisanat
  • Biodiversité & nature
  • Citoyenneté et démocratie
  • Droits des femmes
  • Éco-habitat & énergie
  • Économie juste & équitable
  • Éducation & culture
  • Loisirs éco-responsable
  • Militantisme & lobbying citoyen
  • Mobilités douces
  • Monter son initiative
  • Solidarités
  • Zéro déchet & faire soi-même

Qui sommes nous ?

Rosmerta est le nom d’une déesse celte de l’abondance.Rosmerta est une association loi 1901, crée par un collectif de citoyen.e. s, concerné par le respect des droits de l’Homme et engagé pour la solidarité et l’entraide. Beaucoup de ces citoyen.e.s sont investis dans des collectifs Vauclusiens d’aide aux personnes en exil (MRAP, RESF, 100 pour 1, Collectif des réfugiés, Collectif exilés).Aujourd’hui, l’association comprend 850 adhérent.e.s, 150 bénévoles actifs, et 1600 personnes qui suivent notre actualité sur notre page facebook.

Notre projet ?

Faire vivre un lieu d’hébergement temporaire avec des activités culturelles et sociales.

Qui accueillons nous?

Nous accueillons des enfants/adolescents, avec ou sans parent, sans hébergement, quelque soit leur nationalité ou leur statut juridique.Plus précisément, nous accueillons des jeunes mineurs isolés étrangers non pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance et des familles déboutées du droit d’asile, demandeurs d’asile ou demandants un titre de séjour.Depuis le début de son existence, Rosmerta a accueilli 86 personnes dont 16 enfants, 52 mineurs et 2 femmes enceintes.

Pour quelle durée?

Nous les accueillons le temps de trouver une autre solution d’hébergement et/ou que leur situation administrative soit régularisée. Il s’agit d’un lieu de transit, d’orientation. Nous sommes en lien avec le SIAO, la DCCS, l’Edés et l’ASE pour trouver des solutions d’hébergement.

Pourquoi?

Nous répondons avant tout aux urgences, celles liées à l’accès inconditionnel à l’hébergement, à l’alimentation, à l’hygiène, à la santé, et à l’éducation, pour répondre aux besoins vitaux. Le temps que les personnes puissent entrer dans le droit commun. Nous souhaitons aussi que l’intérêt supérieur de l’enfant soit toujours respecté.Ne souhaitons pas seulement dénoncer mais être force de proposition, par ces actions nous interpellons les pouvoirs publics sur leurs responsabilité à faire respecter les droits de l’homme et les lois et nous proposons des solutions alternatives.

C'est votre structure ?